Chronique, première du nom…

Il paraît qu’il faut au moins se lancer. Et comme ça fait déjà quelques temps que ça me chauffe cette histoire, je me suis dit qu’il était temps de commencer. Tout ça à cause de cette nouvelle manie que j’ai de vouloir regarder des vidéos TedX (oui tout le monde connaît depuis 1000 ans mais moi c’est maintenant que je les regarde). En fait, non, ça vient même de plus loin encore.


Au Nouvel An de cette année, pour la première fois de ma vie, j’ai pris des VRAIES résolutions. Pas celles qu’on prend tous et qui tiennent 3 jours (ou 3 semaines quand tu as une volonté plus forte que l’envie de McDo), non, des vraies. J’ai décidé que j’étais une adulte et qu’il était temps que je grandisse, que je m’accomplisse un peu plus. J’ai envie d’apprendre, j’ai envie d’en savoir encore plus, j’ai envie de ressembler à ces gens que j’admire. Ces gens qui ont une culture incroyable, qui sont capables de parler de tous les sujets, les gens intelligents et ouverts d’esprit qui se servent de leurs capacités intellectuelles pour faire du bien mais aussi pour t’aider plutôt que de t’enfoncer.

Et j’ai envie de créer aussi. J’ai envie d’être plus que mon métier et ma boîte, j’ai envie d’exister avec un grand E (et pas avec un grand « œuf » ce qui n’aurait aucun sens… pardon, je m’égare…)

Dans une de ces fameuses vidéos (cf passage sur les TedX), j’ai vu une femme, ancienne championne de gymnastique aujourd’hui reconvertie en consultante, expliquer que la chose qu’on fait facilement pour laquelle tout le monde nous dit « Wow, c’est super, comment tu fais ça ? » est le don que l’on doit exploiter. Et il se trouve que moi, c’est l’écriture. J’aime ça, apparemment je le fais bien (en tout cas c’est ce que dit ma mère. Oui, elle est parfaitement objective) et j’ai envie de le faire.

Alors oui c’est complètement narcissique, parfaitement prétentieux, incroyablement présomptueux et aussi un peu « vintage » (qui se lance dans une sorte de blog aujourd’hui) mais j’en ai envie. Alors, promis, je ne vous force pas à lire (ma mère le fera pour moi de toutes façons), je ne vous demande pas d’aimer (quoique si vous avez lu et que vous n’avez pas eu les yeux qui saignent, j’en serai ravie), je veux juste pouvoir le faire tranquillement, dans mon coin.

Qu’est ce que ça va être ? Je n’en ai encore aucune idée. Des pensées et des idées couchées sur le papier (ou sur l’internet comme diraient les gens qui ont aujourd’hui les cheveux bleus ou violets). Ça parlera de ma vie (je n’ai aucune imagination pour inventer quoi que ce soit), de vie pro et de vie perso puisque de toute façon les deux s’emmêlent joyeusement, de toutes les petites voix dans ma tête (James McAvoy dans Split, ce n’est rien à côté de moi). Globalement, rien qui révolutionne le monde, ne nous leurrons pas.

Mais, voilà, je fais une crise. De chroniques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :