Chronique du retour à la vie

Ça n’a échappé à personne : cette semaine, on a eu le droit de retrouver un peu de vie sociale. Et je dois dire que ça fait un bien fou !

Pour ne rien cacher, j’étais en plus cette semaine en vacances. Près de la mer. Et rien que ça, ça faisait encore plus de bien.

Faire sa valise en jouant à Alain Gillot Pétré, en prendre bien trop (mais c’est pas grave, on est en voiture on a de la place), partir au moment où tout le monde rentre de pont et s’épouvanter de tous les bouchons dans le sens inverse, se taper les goûts musicaux plus que discutables du programmateur de 107.7 pour pouvoir dire « ah tu vois y avait 15 km de bouchons, pas 10 », s’arrêter sur les aires d’autoroute acheter un snickers, se perdre dans une zone industrielle en se demandant ce que tu as loupé sur Booking pour réserver là et finalement tomber sur un endroit charmant, te demander dans lequel de tes 12 sacs entassés dans le coffre tu as mis ta brosse à dents et dormir dans un autre lit que le tien… Rien que ça, même si tu dois être dans ta chambre avant 19h, ça fait un bien fou. Tu changes de décor et tu es content. C’est la même excitation que quand Mme Dupleix t’annonçait la semaine de jeux de société avant les grandes vacances en ce2.

Le lendemain, tu reprends la route. Et enfin, tu vois la mer. Le ciel bleu et l’horizon à perte de vue. Tu avais d’ailleurs oublié qu’il y avait un horizon derrière l’immeuble en forme de bateau Costa Croisière que tu vois depuis ton appart. Le bruit des vagues, des mouettes (oui il y en a aussi à Paris mais celles ci font un meilleur bruit), le fait de pouvoir prendre le temps de ne rien faire et regarder les vagues s’éclater sur les rochers. Se promener en mangeant une glace alors qu’il ne fait pas si chaud et que tu n’en manges pas tant que ça mais juste parce que c’est les vacances… Si ça ne tenait qu’à toi, tu aurais même déjà enfilé tes tongs (mais c’est la seule chose de ton armoire que tu as oublié de prendre dans la remorque que tu as accrochée derrière la voiture).

Mais ton sandwich triangle mangé les pieds dans le sable entouré par des pigeons qui ont l’air en pleine forme n’est qu’un avant-goût à ce qui va se passer dans moins de 2 jours : les terrasses. Non mais quel Kif ! Tu peux te poser dans un endroit cool (la vue sur la mer est évidemment un plus et tant pis pour la pluie), et avoir sur ta table quelque chose que tu n’as pas eu à préparer toi même.

Et quand vient le soir (« que le ciel flamboie… »), tel un féru de bonnes affaires le jour des soldes, te précipiter dans le centre ville pour trouver une petite place en terrasse et dîner à 19h pour être sûr d’être rentré avant le couvre-feu. La place est pas dingue, tu es dans le courant d’air, il y a deux plats qui se battent en duel sur la carte mais c’est le bonheur. Tu es heureux d’être là, le serveur est content aussi, toutes les tables parlent un peu entre elles ou se sourient pour les plus discrets, c’est un soir de fête. Tout le monde mange assez vite pour libérer la table et permettre aux restaurateurs de refaire un service mais personne ne s’en plaint. C’est un jour où tout le monde a envie d’être sympa. Et finalement y a que ça qui compte.

Parce qu’evidemment, il y a eu les ronchons, qui gueulent contre les 10000 stories des 1eres terrasses (même si oui on est d’accord, tu n’as pas besoin de poster pour profiter mais si ça te gêne tant que ça, supprime ton compte insta), les cyniques qui se réjouissaient de la pluie et se moquaient des gens sous leurs parapluies, les oiseaux de mauvaise augure qui se delectaient des nombreuses contaminations potentielles à venir et tous les autres rabat-joie. Alors bien sûr, on ne dit pas que tout est comme avant et que le temps d’une soirée, on va refaire la bise à toute l’assemblée (d’ailleurs ça, si on pouvait ne plus le faire du tout…) ou jouer au recordman du plus rapide buveur de bière mais pas besoin de gâcher la joie de tout le monde pour autant.

Parce que franchement qui sont ces gens ? Alors qu’on avait un peu tous l’impression de vivre une nouvelle victoire à la coupe du monde, que les gens étaient juste heureux, il fallait que la team grincheux vienne polluer ça. Mais pourquoi ? Vous n’avez pas d’amis ? Vous êtes le descendant du Grinch ? Vous vous êtes coupés les ongles trop courts et vous voulez que les gens souffrent autant que vous ?

Je me suis toujours demandé quel pouvait être l’intérêt de ces gens qui veulent juste gâcher le plaisir des autres. Bien sûr on ne parlait que de ça partout mais personne ne les a forcés à enfiler autre chose qu’un jogging, à sortir de chez eux et à avaler une pinte de bière entouré de gens qu’ils ne connaissent pas… Mais je suppose que qui dit retour à la vie sociale dit aussi retour de tous les veners.

Mais bon, moi depuis mercredi, j’ai fait plus de terrasses qu’il n’y a de repas par jour et j’ai discuté avec des tas de gens sympas et contents d’être là.

Sur ce, je vous laisse, j’ai réservé une place en terrasse au PMU, il y avait que ça de libre. Je vous montrerai sur Insta à quoi ressemblait mon club sandwich !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :