Snobisme chronique

Vous avez remarqué à quel point certaines personnes vont critiquer tout ce qui est populaire juste pour se sentir intelligents ? Ces gens-là sont partout mais globalement, ils sortent encore plus de leur tanière (en marbre, certainement) aux alentours des grands championnats de foot. En tout cas, ils sont plus faciles à repérer à ces moments-là.

Tout le monde profite de ces occasions un peu festives pour se rassembler, pour passer des soirées entre amis autour d’un barbecue ou d’une bière en terrasse. Tout est plutôt bon enfant, les gens vibrent à l’unisson, sont heureux (ou déçus) en même temps et en profitent pour parler à tous les inconnus qu’ils auraient ignorés à un autre moment. C’est donc une bonne ambiance, sympathique, qui court dans les rues, une atmosphère légère qui fait du bien comme la première pluie après 15 jours de canicule.

Mais non, il faut toujours que tu tombes sur le rabat-joie en chef, sur le Gargamel de la bonne humeur. Lui, il t’explique que le foot est un sport de pauvres types débiles payés des millions pour taper dans un ballon. Que les gens qui les regardent sont des moutons, qu’ils ne valent pas mieux que la plèbe dans les arènes au temps des gladiateurs. Que ce n’est fait que pour endormir le peuple (oui, le snob peut aussi être complotiste, vu que lui seul comprend des choses que toi, pauvre mortel, ne peut même pas envisager.)

Et j’avoue que j’ai du mal avec ce snobisme. Que tu n’aimes pas le foot, c’est ton droit. Que tu ne veuilles pas regarder ou que tu ignores même qu’il y a une superbe affiche pour tous les fans dans quelques jours, soit. Mais en quoi est-ce un problème que les autres le fassent ? Et pourquoi ce besoin d’être condescendant ? Tu te venges parce que tu étais toujours le dernier choisi à l’heure de la récré quand on composait les équipes, sur le terrain délimité par les pulls en boule ?

Bien sûr que le monde a plein de problèmes, bien sûr qu’il y a des tas d’autres sujets, mais est-ce que tu connais quelque chose qui rassemble autant que le foot ? Je ne dis pas que c’est bien ou mal, je dis juste que c’est comme ça. Et à moins d’aller vivre sur une planète créée pour les amateurs d’opéra, tu n’auras en effet jamais le même engouement pour des battles Mozart vs Chopin. (en plus, j’ai entendu dire qu’ils n’étaient pas hyper en forme)

Généralement, donc, le foot est leur catalyseur. Mais, à force d’entrainement, tu peux reconnaître les snobs dans pas mal de situations. Essaie de dire que tu as aimé un film populaire. Par exemple, personne n’admet vraiment avoir aimé les Ch’tis alors que le film est un des plus gros succès du cinéma français. Et tout le monde n’y est pas allé pour « savoir » à quel point ce n’était pas drôle, hein ! (mais on peut quand même admettre que les gens qui n’ont jamais mis les pieds plus au Nord que Paris et qui ont appelé leurs amis « biloutes » pendant 3 mois après l’avoir vu étaient un peu relous) Les snobs vont aussi critiquer toutes les musiques dites commerciales : mais gros, si ce n’était pas commercial, tu n’en aurais jamais entendu une note. Les musiciens qui refusent le commercial jouent dans leur grenier insonorisé à grands renforts de boites d’œufs ! Essaie d’expliquer à un snob que tu vas acheter une nouvelle voiture et que tout ce dont tu as besoin ce sont 4 roues, 5 sièges et un volant, il va faire une syncope quand il saura que tu envisages une Multipla (mais bon, là, on le comprend un peu quand même) !

Ces gens ont toujours vu le dernier film d’auteur ukrainien, lu le dernier prix Goncourt, trouvé enfin le meilleur restaurant burkinabé de la capitale – « depuis le temps qu’on cherchait quelque chose de vraiment authentique » –, assisté à la dernière pièce de l’auteur en vue depuis son happening si puissant sur le parvis de Beaubourg. Enfin, ils ont au moins soi-disant fait ces choses, le tout est de le faire croire pour bien écraser tous ceux qui ont préféré manger un burger après avoir vu le dernier Marvel au ciné.

Évidemment, on est tous le snob et le snobé de quelqu’un. (par exemple, là, à n’en pas douter, je viens de me faire snober par tous ceux qui ne supportent pas les phrases bateau). Là où je veux en venir, c’est que faisant preuve d’un peu de lucidité, je sais que je peux snober aussi des gens. Imaginons que je rencontre quelqu’un qui porte un collant couleur chair, ou des ballerines, ou les deux ! Dans mon esprit, je vais être la pire des snobs. Mais j’espère que je ne commettrai pas l’erreur de montrer à cette personne que je me pense mieux qu’elle.

Bref, j’ai l’impression qu’il y a de plus en plus de gens qui essaient de se donner une contenance en montrant à quel point ils méprisent ce qui est populaire. Mais ça n’a jamais rendu personne intelligent de faire passer les autres pour débiles.  

Sur ce, je vous laisse, il y a un documentaire sur Arte à propos des moyens de communication des tribus autochtones d’Australie que je ne veux pas louper. Hors de question que je me sente exclue des conversations demain au bureau !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :