Honnêteté chronique

L’honnêteté a toujours fait partie de mes valeurs. J’ai notamment grandi avec cette phrase que tous les parents en mode « good cop » ont dit un jour  à une fratrie qui refusait de dénoncer celui qui avait arraché le papier-peint moche de la chambre : « Faute avouée, à moitié pardonnée ». Donc j’ai toujours respecté les consignes, je ne dépassais pas quand je coloriais et je n’ai jamais ne serait-ce que volé un bonbon à la boulangerie. Il faut dire que je suis plus salé que sucré et que voler une fougasse aux lardons, c’est tout de suite beaucoup moins discret.

Et puis, en grandissant, j’ai continué de rester dans les clous. J’ai bien dû prendre une ou deux amendes pour stationnement non payé mais rien de plus grave. Et tout ce système de lois, de règles, de consignes est tellement bien ancré dans mon mode de fonctionnement que je fais partie de ces gens qui pensent que tout cela sert à ce que l’humanité puisse vivre correctement ensemble. Parce que si on est complètement sincère, sans les lois et la peur des sanctions en cas d’infraction, qu’est ce qui empêcherait la plupart des gens de griller les feux rouges, partir sans payer au supermarché ou de couper les spaghettis ? Et là, c’est l’anarchie.

Sauf que d’après ce que mes quelques années d’expérience de la vie humaine, je me rends compte qu’il y a toujours des petits malins pour contourner ces règles et réussir mieux que les « honnêtes gens ». Et ce, malgré les leçons de vie de Ribéry : La routourne ne tourne pas toujours… Le karma, cette invention de parents… (ouais, je dénonce !)

C’est pour ça que je suis passablement énervée quand je vois l’engouement qu’il y a autour de documentaires ou séries qui mettent en avant des gros escrocs et qui finissent par en faire des phénomènes, presque des modèles à suivre. Récemment, tout le monde a parlé de « L’Arnaqueur de Tinder ». Dans ce doc, tu apprends comment un sale type (je n’ai pas envie d’être vulgaire) a arnaqué des nanas qui le pensaient amoureux de plus de 250 000 euros chacune. Et là, alors que tout le monde devrait s’offusquer de ses agissements à lui, on blâme les victimes qui ne se sont rendu compte de rien. A tel point que lui est presque érigé en héros, en mec qui a su se débrouiller et qui n’a fait que prendre ce qu’on lui « offrait ». Aujourd’hui, alors que les faits sont avérés, il n’est pas en prison, ses victimes doivent encore rembourser leurs dettes et lui a été contacté par Hollywood pour qu’on tourne un film sur lui, ce qui va en plus lui rapporter de l’argent. Mais à quel moment tout cela est normal ? Comment se fait-il qu’on valorise ça ? C’est ça le modèle ? Comment on explique ensuite à des enfants, des ados, que l’honnêteté paie ?

Alors, bien sûr, je comprends que ce soit plus intéressant cinématographiquement parlant de suivre les aventures d’un mec qui passe son temps à presque se faire choper par la police, qui réussit à défier le système et à vivre la Vida Loca que la vie de Mme Michu, comptable chez Ledru Salaisons et qui s’est vu décerner une médaille parce que la fois où la police l’a suivie dans sa Clio 2, elle avait mis son clignotant à chaque fois, même dans les ronds-points. Niveau suspense et intrigue, Mme Michu a certes beaucoup à apprendre de l’Arnaqueur de Tinder (même s’il paraît qu’une fois, elle n’a pas suivi la recette pour son gâteau au yaourt – tout le monde s’en souvient…) mais elle, au moins, elle ne fait de mal à personne.  Elle a bien, une fois, laissé son pack d’eau sur son caddie en passant à la caisse de l’Intermarché mais c’est plus par étourderie qu’autre chose. Elle a même failli y retourner pour les rembourser.

Bref, je suis énervée parce que même si je suis en accord avec moi-même sur cette notion d’honnêteté, il y a des moments où je me dis que je suis un peu trop naïve et qu’il n’y a qu’un faible risque de se faire prendre si j’annule un rendez-vous sous prétexte de maladie alors que je n’avais juste pas envie.

Sur ce, je vous laisse. C’est l’heure des spaghettis, je vais m’assurer que personne ne les coupe.

Comment je m’imagine dès que je dois mentir…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :