Chronique déconnectée

Il y a quelques jours, on m’a demandé si je resterais sur les réseaux sociaux si ça n’était pas une partie mon métier. Ma réponse aussi directe que rapide m’a étonnée : non. Si je pouvais être déconnectée, coupée des réseaux sociaux, je sais que, comme tout le monde, je me sentirais mieux.

J’arrêterais de voir des gens partir au bout du monde quand moi je me sens coupable de dépenser de l’argent et de prendre l’avion juste pour aller voir ma famille, je gagnerais du temps sur ma journée sans me polluer le cerveau du énième avocado toast qu’a mangé tel influenceur et je me concentrerais sur la vraie vie comme la façon dont j’ai envie de ranger mes chaussures dans mon placard ou les résultats de l’équipe de bridge locale au championnat de France.

Je rêve la déconnection, voire je la fantasme. Alors que je n’explose pas non plus les compteurs de temps d’écran (même si je clique très régulièrement sur « ignorer la limite » quand j’ai atteint ma demi-heure de scroll), j’ai l’impression que si j’arrêtais tout ça, je découvrirais le secret de la double journée sans les poches sous les yeux de la nuit blanche.

J’aurais le temps de cuisiner, qui me plait de plus en plus (je n’ai pas dit que ce serait bon, j’ai dit que je cuisinerais…), j’aurais un corps de rêve parce que je pourrais enfin aller faire du sport plusieurs fois par semaine, je lirais aussi bien pour apprendre que pour me détendre (Cher Thomas Piketty, j’adorerais enfin finir vos livres mais pour me coucher, je dois avouer que je préfère l’ambiance de Lisa Gardner…), je me mettrais peut-être même à écrire moi-même et plus que des chroniques, mes puzzles ne resteraient pas 8 mois sur la table du salon (1000 pièces et une graaaaande étendue bleue sur le dernier, ne me jugez pas) et mon appart serait toujours impeccablement propre et rangé. Oui c’est un peu une liste à rallonge pour quelqu’un qui passe max 2 heures par jour sur son téléphone !

Soyons sérieux, on sait bien en plus que même si j’avais tout ce temps en plus, que je coupais complètement, je ne ferais certainement pas la moitié de ce que mon moi superactif imagine. Je glanderais beaucoup, je regarderais glisser les gouttes de pluie sur la fenêtre, je compterais mes cheveux, bref, je passerais le temps sans me lancer dans plus créatif parce que c’est souvent plus facile. (et ça sent moins le brûlé dans la cuisine !)

Surtout, ne pas aller sur son téléphone, c’est aussi se couper un peu du monde réel. J’ai beau être très fière des jours où mon compteur ne dépasse pas une heure, je suis bien consciente que mettre plus de 2 jours à répondre à des messages de copines juste pour éviter des statistiques n’est absolument pas le but de cette déconnexion. Pardon à vous qui avez vu les deux petits ticks bleus sur vos messages whatsapp, je me rattrape bientôt. Mais plutôt autour d’un apéro, non ?

Enfin, c’est comme tous les outils, non : il y a aussi du bon. L’inspiration déco que tu peux trouver sur des comptes Pinterest qui te donnent envie de vendre tes organes pour refaire le salon, des idées de voyages (ou de rêves de voyages) différents de ceux d’Échappées Belles avec plein d’astuces sur Insta, des recettes inventives sur Marmiton et le rappel de certains anniversaires sur Facebook (ça sert bien à ça, non ?)

Tout ça pour dire que je vais essayer de moins utiliser mon téléphone, ou en tout cas de l’utiliser comme l’outil qu’il est et non plus comme le réflexe de la toxico digitale que je crains de devenir, de celles dont c’est le premier geste au saut du lit.

Écrit-elle depuis son smartphone…

PS : est-ce que le thème de cette chronique me sert de prétexte pour expliquer ces quelques mois d’absence ? Évidemment ! Est-ce que je vais ressortir cette excuse pour ne plus écrire qu’une fois tous les 5 mois ? J’espère que non et comme toute bonne résolution, je vais essayer de m’y tenir. Donc rdv la semaine prochaine… ou dans 5 mois !

Moi, sans mon téléphone, qui pense à tout ce que je pourrais faire, sans le faire…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :