Attente chronique

Je suis la fille qui attend.

Plus j’avance dans la vie (et cette expression prouve que j’ai déjà bien avancé…), plus je suis persuadée que le monde se sépare en deux équipes, un peu comme à Koh Lanta, les rouges et les jaunes mais sans l’épreuve des poteaux. (Évidemment, l’équipe jaune… attend !) Ceux qui ont toujours peur d’être en retard et ceux qui le sont vraiment. Et je fais indubitablement partie de la première catégorie, donc de celle qui attend la seconde catégorie.

Du coup, je passe mon temps à attendre. Et ça dure depuis longtemps puisque ma famille est comme ça. L’école commence à 8h30 et on est à 5 minutes en voiture ? Vers 7h45, ma mère commençait à nous presser. A 7h55, elle nous disait qu’à 8H10 on devrait se préparer. Et finalement, à 8H on était déjà en voiture, à 8h05, on était devant l’école. On vivait en Auvergne je vous rappelle, les seuls embouteillages qu’il y aurait pu avoir auraient été causés par une traversée de moutons. Mais les moutons ne sont pas si matinaux.

Alors, oui, l’école c’est important donc on est à l’heure mais c’était la même chose pour tout ce qui est loisirs et détente. Et quand tes parents t’expliquent qu’on doit partir à 20h30 max pour avoir de la place pour bien voir le feu d’artifice qui sera tiré par les pompiers du village (de … 300 habitants) à 23H, ben tu es sage, tu les écoutes et tu finis par intégrer le système. (et considérer les feux d’artifice comme le moment le plus excitant de l’été. Toujours aujourd’hui !)

C’est comme ça qu’aujourd’hui, quand je dois vérifier mon trajet sur une appli pour un rendez-vous, de base, je paramètre la recherche pour une arrivée 10 minutes avant le fameux rendez-vous, professionnel ou personnel d’ailleurs. Et bien sûr, j’attends. Puisque si tu programmes une appli de transports pour arriver à 10H, l’algorithme – plutôt bien élevé – fait en sorte de te faire arriver à 9h55. Mais mon cerveau n’a toujours pas intégré ça…

J’ai commencé à vraiment me rendre compte du bug dans la matrice quand, il y a quelques années, une copine que j’avais rencontrée quelques mois plus tôt à un cours de sport (et qui ne connaissait pas encore cette tare) m’invite à son anniversaire. Elle habite à 5 minutes à pied de chez moi, mais comme je ne connais personne, je ne veux pas arriver la première. Mais quand même, j’ai été invitée à 20h donc je ne veux pas lui laisser penser que je ne viendrai pas. Donc, je me force à partir à 20H05… Gros effort pour moi. Tellement gros d’ailleurs que mon corps ne comprend pas et me fait marcher plus vite. Je sonne chez elle à 20H08 ! Je me souviens encore de sa tête un peu étonnée et surtout, ensuite de son fou rire quand je lui ai expliqué ma démarche. Il faut dire que j’ai eu le temps de lui raconter mon périple mental : j’étais la première et les autres ont commencé à arriver à 20h30… Apparemment, ce serait normal.

Et je ne vous parle pas des jours où je dois prendre un TGV ou un avion. Si tout le monde était comme moi, les avions partiraient toujours à l’heure (et les salles d’attente devraient doubler leur capacité d’accueil…)

Le pire, c’est que j’essaie de me soigner. Il faut dire que les transports parisiens t’aident à relativiser. (Amis de la ligne 13, unissons-nous…) Certes, c’est un peu violent comme thérapie mais tu apprends à trouver plein de jolies formules pour t’excuser.

Mais ne sous-estimons pas le risque de rechute : un petit stress pour un gros rdv et te voilà dans le train de banlieue à l’heure où tu devais normalement enfiler tes chaussures. « juste au cas où… » La vérité c’est que ce jour-là, les planètes seront tellement alignées que le train roulera plus vite, le métro attendra que tu sautes dedans pour partir et que tous les feux piétons seront au vert.

Car, chose étrange que j’ai remarquée un peu à mes dépens, je fais partie de l’équipe des gens en avance, donc même en cas de problème, je serai au maximum… pile à l’heure. Stressée, mal à l’aise mais pile à l’heure. Ce qui fait que j’attends. Un rendez-vous dans un café avec un client ? Tu peux être sur que quand il arrive, j’ai déjà dit au serveur « non merci, je vais attendre la 2ème personne » avec un sourire gêné. 2 fois. Des potes dans un bar : là, je suis moins bien élevée et généralement, j’ai déjà commandé mais le principe est le même. Une séance de ciné : je suis tellement en avance que je pourrai voir la fin de la séance d’avant. Et pourtant, je sais qu’il y a 25 minutes de bande-annonces et de pub. Et évidemment, j’attends.

L’avantage pour ceux avec qui j’ai rendez-vous, c’est qu’eux n’attendront pas. Même quand j’essaie de tromper le lapin blanc et sa grosse horloge dans mon cerveau, je suis à l’heure. (le lapin blanc est futé, peut-être même plus que le bison…) La semaine dernière, je voyais une copine que le déconfinement avait rapprochée et même si j’étais ravie de la retrouver, je ne voulais pas paraître oppressante donc j’ai mis l’appli de transports sur 19h10. Evidemment, 19h00 je sonnais à sa porte.

Il faudrait vraiment que j’arrive à lâcher prise (ouh là, gros sujet…. Demi-tour !), que je parte plus tard. Il parait qu’il faut se faire désirer. Un jour, l’air de rien, je vais publier le lundi juste pour voir si le retard virtuel ça compte aussi. Vous êtes prévenus !

Sur ce, je vous laisse, je dois partir dans une demi-heure, il me reste un quart d’heure ! *

*expression empruntée à quelqu’un que j’aime beaucoup et qui est aussi dans l’équipe jaune.

6 commentaires sur « Attente chronique »

  1. J’ai été élevée par une mère comme toi, toujours en avance, alors que je tiens absolument à être en retard, c’est même un principe de vie. On m’attend, c’est ainsi. Je fais des efforts pour les entretiens mais j’arrive à l’heure. Comme je déteste profondément attendre, jamais ça ne me viendrait à l’idée d’arriver ne serait ce que cinq minutes en avance ! T’en as pas marre d’attendre ? Vraie question.

    J'aime

    1. Honnêtement, c’est plus difficile pour moi d’être en retard que d’attendre. Parfois je m’auto saoule de cette avance permanente mais la plupart du temps, surtout au niveau pro, ça me permet juste d’être prête aussi dans ma tête.

      J'aime

      1. D’accord. J’aimerais comprendre pourquoi ça peut être difficile d’être en retard. Je me bats avec ma mère à ce sujet, elle m’a sincèrement gonflé toute mon enfance !! La honte d’arriver en avance chez les gens aux anniversaires et tout, j’ai connu :/

        J'aime

      2. Ma mère pense sans doute comme toi sauf que finalement tu gênes les autres en arrivant en avance… Tu le dis toi-même dans ton billet 😁

        J'aime

      3. Ah non, chez les autres, j’arrive pile à l’heure, quitte à attendre un peu avant d’arriver. Je ne voudrais pas les gêner 😉 L’avance c’est surtout pour des rdv dans des lieux extérieurs. C’est pour ça que je parle des 2 équipes, je crois vraiment que ce sont 2 philosophies qui jouent sur plein d’autres aspects de la vie, chacune avec leurs avantages et leurs inconvénients.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :